Information

Notes d'estimation: IMU

Notes d'estimation: IMU

Prémisse

L'impôt communal (IMU) est né comme un impôt foncier capable d'incorporer dans un impôt unique l'impôt sur le revenu des personnes physiques et le complément dû afférent aux revenus fonciers relatifs aux biens non loués, et l'impôt communal sur les biens immobiliers (ICI). Le gouvernement Berlusconi avec le décret législatif no. 23 du 14 mars 2011 a établi son introduction à partir de 2014, limitée aux propriétés autres que la résidence principale. Gouvernement Monti avec décret-loi n. 201 du 6 décembre 2011, connue sous le nom de manœuvre Salva Italia qui a ensuite été convertie en loi par le no. 214 du 22 décembre 2011, a profondément modifié la nature de la taxe, en faisant un nouvel ICI sur les résidences principales et en anticipant son introduction à partir de 2012. En raison des nombreux doutes apparus lors de la demande, des modifications ont été approuvées par la suite, affectant Régulation IMU.
La condition de la taxe est la possession d'un bien immobilier. L'immobilier désigne les bâtiments ou les terrains, y compris la résidence principale et ses dépendances.

Base d'imposition

L'assiette fiscale de chaque propriété est obtenue en multipliant le revenu cadastral ou revenu cadastral par le multiplicateur donné par la catégorie cadastrale, le tout réévalué de 5% s'il est fabriqué, par 25% s'il s'agit d'un terrain. Les multiplicateurs sont:

  • 160 pour les bâtiments classés dans le groupe cadastral A et dans les catégories cadastrales C / 2, C / 6 et C / 7, à l'exception de la catégorie cadastrale A / 10;
  • 140 pour les bâtiments classés dans le groupe cadastral B et dans les catégories cadastrales C / 3, C / 4 et C / 5;
  • 80 pour les bâtiments classés dans les catégories cadastrales A / 10 et D / 5;
  • 60 pour les bâtiments classés dans le groupe cadastral D (à l'exclusion de la catégorie D / 5), ce multiplicateur sera porté à 65 à compter du 1er janvier 2013;
  • 55 pour les bâtiments classés dans la catégorie cadastrale C / 1;
  • 135 pour les terres (pour les cultivateurs directs inscrits au régime de pension agricole, le multiplicateur est réduit à 110).

Les taux d'imposition

Le décret-loi instituant la taxe définit les taux de base, modifiable par les administrations municipales individuelles par résolution du conseil municipal. Les tarifs de base sont:

  • 0,4% pour la résidence principale, modifiable de 0,2% à la hausse ou à la baisse;
  • 0,2% pour les bâtiments ruraux (à usage instrumental par l'agriculteur direct), les municipalités peuvent le réduire à 0,1%;
  • 0,76% pour les propriétés qui ne produisent pas de revenus fonciers et pour les propriétés appartenant à des assujettis i.re.s. ou pour les propriétés louées, modifiable jusqu'à 0,4%;
  • 0,76% pour les cas restants, modifiable de 0,46% à 1,06%.

IMU sur les terres agricoles

La base d'imposition pour le calcul de l'IMU relative aux terres agricoles est déterminée sur la base du revenu cadastral aboutissant au cadastre réévalué de 25% (année 2012) puis multiplié par le coefficient 135: ce coefficient est réduit à 110 pour les cultivateurs directs et les entrepreneurs professionnel agricole.
Là encore, pour les terres agricoles détenues par des cultivateurs directs et des entrepreneurs agricoles professionnels, inscrites à la sécurité sociale agricole, fournies par les mêmes conduits, des réductions de l'assiette fiscale sont envisagées.
Ils sont soumis à la taxe limitée à la partie dont la valeur excède 6 000 € (pratiquement rien n'est payé pour les terrains jusqu'à 6 000 € inclus). En plus de ce montant, une série de réductions d'impôts progressives est prévue comme indiqué dans le tableau suivant:

Scaglione (euro)% Réduction
de 0 à 6000 inclus100 %
de 6000 à 15500 inclus70 %
de 15 500 à 25 500 inclus50 %
de 25.500 à 32.000 inclus25 %

Exonération de 0% pour la partie excédant 32 000 euros.

Centre d'affaires


Vidéo: 9-Axis IMU LESSON 12: Passing Data From Arduino to Python (Janvier 2022).